Grenoble a signé un pacte avec l’Etat pour accompagner ses projets de transition énergétique

La Métropole de Grenoble a signé jeudi 9 février avec le Premier ministre Bernard Cazeneuve et la ministre de l’Environnement Ségolène Royal un « pacte » pour accompagner ses projets de transition énergétique, notamment la création d’un réseau de chaleur en biomasse et le développement de parcs photovoltaïques en zones urbaines. Ségolène Royal a aussi annoncé à cette occasion le lancement d’un appel d’offres de 210 MW pour le développement de technologies solaires innovantes, dont le projet de route solaire.

A l’occasion d’un déplacement à Grenoble le 9 février, Bernard Cazeneuve et Ségolène Royal ont signé avec la métropole un « pacte d’innovation » pour accompagner ses projets de transition énergétique. Ce document « nous engage durablement », a souligné le Premier ministre, ne cachant pas sa « satisfaction d’accompagner le territoire vers de nouvelles frontières qu’il a choisi de défricher » surtout quand « cela ne fait pas seulement une bonne politique de développement durable mais aussi de l’investissement et de l’emploi ».
« Nous allons accompagner, par ce contrat, l’action qui est conduite par les grands centres de recherche pour faire en sorte que, sur le plan du développement, nous puissions continuer à encourager ceux qui investissent, qui innovent et qui imaginent », a insisté Bernard Cazeneuve. Il venait de visiter le centre de recherches du CEA (CEA Tech) et d’y voir les travaux sur les technologies à haut rendement en photovoltaïque comme les innovations ou recherches en matière de batteries.

Réseau de chaleur en biomasse

Ce pacte métropolitain d’innovation va notamment soutenir la création d’un réseau de chaleur en biomasse pour chauffer une zone d’aménagement avec 60 logements, une maison médicale, des commerces et un groupe scolaire. Ségolène Royal a annoncé aux élus avoir demandé à la commission de régulation de l’énergie (CRE) de « retenir » le projet biomasse porté par la métropole dans le cadre des appels à projets biomasse en augmentant le volume lauréat de 60 Megawatts à 70 MW. Parmi les initiatives, il y aura aussi le développement des sociétés de participation citoyenne pour développer des parcs photovoltaïques en zone urbaine, ou encore la construction d’un « service public de la donnée énergétique ». Sur les transports, l’ambition est d’amener le parc public (bus, cars, véhicules techniques) vers de l’électrique et du gaz (GNV).
Parallèlement à ce pacte, la Métropole a été le premier territoire du pays à signer un « accord partenarial » avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) pour collaborer plus étroitement, notamment sur la sobriété énergétique.
A l’occasion de ce déplacement du chef du gouvernement avec la ministre de l’Environnement ont été également signés des contrats de « Territoire à énergie positive pour la croissance verte » ainsi que la convention issue de l’appel à projets « Villes respirables en 5 ans » dont Grenoble est lauréate.

Source

Publicités
Cet article a été publié dans Actualité, Energie, Environnement, Transports. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s