Retarder des embouteillages sur la rocade…par des feux bicolores ?

Les feux sont en test à partir du lundi 21 novembre, et seront pleinement en service début décembre. Ici, le feu sur la bretelle d’entrée en bas du cours de la Libération. © Radio France

Objectif : 40 minutes minimum d’embouteillages en moins chaque jour.

Le contournement sud de Grenoble est bien connu pour ses bouchons, matin et soir. Les Grenoblois en ont l’habitude, ces embouteillages, matin et soir, sur la rocade sud, et sur l’A480. La Préfecture de l’Isère a décidé d’agir. Afin de régler (un peu) le problème, des feux sont mis en place à partir de ce lundi 21 novembre, sur six des bretelles d’accès à la Rocade. 

L’Etat finance à 100% la mise en place de ces feux.

Le principe est simple, explique Philippe Mansuy, directeur du PC « Gentiane », qui gère la circulation à Grenoble. « Le mécanisme est activé par un opérateur du PC, quand il remarque que le bouchon ne va pas tarder à se former. À partir de ce moment-là les feux détectent la circulation sur la rocade, et laissent passer les voitures au compte-goutte depuis les bretelles d’accès. »

S’arrêter au feu… pour aller plus vite ?

Le principe ne paraît pas forcément logique, mais il fait suite à des études très sérieuses. « On s’est aperçu que quand plusieurs véhicules rentrent d’un coup sur la voie d’insertion, ça force les autres, soit à freiner, soit à changer de file ». À partir de là, c’est l’effet papillon, et le bouchon prend forme. « Une fois que la congestion est actée, il est quasiment impossible d’en sortir », explique Philippe Mansuy. Les feux apparaissent donc comme la solution idéale. À noter que le dispositif est bien désactivé une fois le bouchon apparu, afin de ne pas faire déborder le bouchon sur les bretelles.

En France, Bordeaux, Paris et Nantes ont déjà testé le dispositif, avec des gains allant de 3% à 19% de bouchons en moins selon les bretelles.

À Grenoble, l’objectif est de retarder l’apparition du bouchon de 20 minutes le matin, et autant le soir. Les bretelles concernées par ces feux sont celles d‘Eybens, Alpexpo, Echirolles, Libération, Seyssins sur la rocade direction Chambéry, et celle du stade Bachelard, sur l’A480 en direction de Lyon.

Une phase de tests pendant deux semaines

Le système est déjà très populaire aux Etats-Unis, comme à Los Angeles, où plus de 800 bretelles sont équipées. Le mécanisme permet donc de fluidifier la circulation, et sera accompagné d’une réduction de la vitesse à 70 km/h, de quoi faire baisser la pollution, objectif secondaire, mais réel, de l’agglomération. « Les objectifs sont fixés en terme de temps de bouchons, mais éviter l’embouteillage, c’est aussi réduire les accélérations et décélérations, donc l’émission de particules baisse« , explique Yann Mongaburu, le président de la SMTC (Syndicat Mixte des Transports en Commun) à Grenoble.

À partir de ce lundi 21 novembre, le système ne fonctionnera pas en phase de « pic », c’est-à-dire au moment des bouchons, mais plutôt en journée, afin de régler le mécanisme. L’utilisation de ces feux rouge et orange débutera « réellement » deux semaines plus tard, la semaine du 5 décembre.

Source : Des feux bicolores pour retarder les embouteillages sur le rocade de Grenoble

Publicités
Cet article a été publié dans Actualité, Mobilité, Pollution, Santé, Voiture. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s