EcoCité 2 : 10 millions pour la Ville et la Métropole

Le 10 octobre dernier, Lionel Beffre, préfet de l’Isère, Gil Vauquelin, directeur régional de la Caisse des Dépôts (CDC), Christophe Ferrari, président de la Métropole et l’ensemble des porteurs privés du territoire ont signé la seconde tranche de la convention du Programme d’Investissement d’Avenir (PIA). 10 millions pour 10 projets !

Le PIA « Ville de Demain » est la seconde tranche des aides à l’investissement relatives à l’EcoCité, portant sur la période 2016-2020. Par cette nouvelle convention signée le 10 octobre, ce PIA a accordé au territoire une enveloppe de 10,44 M€ pour soutenir une dizaine d’actions.

« Avec la migration vers les villes, l’augmentation de la pollution, nous avons besoin de réponses coordonnées, et besoin d’une volonté politique pour donner la direction, d’où cet appel à projets » explique le préfet.

Signataire privilégié, la CDC sera le service instructeur sur Ecocité 2, à travers deux de ses filiales: CDC Entreprises  et BPI-France. « On a pu se rendre compte que des choses qui nous parraissaient difficiles, sont possibles, ce deuxième volet marque le temps de l’accélération. Grenoble est la métropole de AuRA la plus dotée avec 5% du montant national. Il faut en profiter », explique Gil Vauquelin, aussitôt suivi par Christophe Ferrari. « Ecocité s’intègre dans notre écosystème innovant. Le sujet va être d’étendre l’expérience grenobloise à l’échelle métropolitaine. »

Parmi les actions remarquables, un certain nombre dont on avait déjà eu connaissance. Le bâtiment ABC (autonomous building for citizens), porté par le groupe Bouygues et Grenoble Habitat, qui sera autonome à 70%, et réduira les déchets ménagers de 40 %. Le projet Hyway pour la production d’hydrogène décarbonné, en partenariat avec la PME McPhy. Ou encore la plateforme de rénovation Mur-Mur 2 élargie aux maisons individuelles.

D’autres projets sont moins connus, mais tout aussi remarquables. Par exemple le projet de solutions combinées pour le maintien à domicile. C’est-à-dire un appartement témoin scénarisé et des outils de visites virtuelles destinés au maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie. Porté par l’association Tasda, il a pour ambition de développer les techniques à partir de l’usage « et non plus l’inverse », appuie sa représentante Véronique Chirie.

Lors de la première phase (2012), une vingtaine d’actions ont été menées en ingénierie et investissement pour une enveloppe d’engagement à hauteur de 26 M€. Plus de 80% des projets présentés sont en train d’être exécutés. « 100% aurait signifié qu’on avait été ni assez innovants, ni assez audacieux », sourit finalement le maire de Grenoble, Eric Piolle.

Caroline Thermoz-Liaudy

Source : L’Essor

Cet article a été publié dans Actualité, Energie, Environnement, Logement, Pollution. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s