JOURNEE DE LA TERRE – Avec son association Hommes et abeilles, Christophe Faucon installe des ruches en ville…

Hommes et abeilles. Le nom de l’association créée il y a cinq ans par Christophe Faucon résume bien son credo: rapprocher les premiers des secondes. «Depuis deux ans, on installe six ou sept ruchers – composés chacun de deux ruches en moyenne – chaque année, dans l’agglomération grenobloise», explique cet ancien commerçant de 49 ans, qui «a commencé l’apiculture en amateur en 1990». Au total, 37 ruches ont été mises en places par l’association, dans des lieux variés: la Casamaure, les jardins partagés de la Poterne, l’entreprise Xerox à Meylan, le lycée Louise Michel, le collège Henri Wallon à Saint-Martin-d’Hères…

Avantages écologiques

Hommes et abeilles propose en effet à des entreprises, des associations ou des écoles, d’héberger des ruchers. «On forme les riverains, des salariés, des chômeurs, des jeunes à l’apiculture urbaine, précise Christophe Faucon. En cinq ans, des centaines de personnes ont suivi une formation.» Composée de visites bimensuelles et validée par un certificat de stage, celle-ci leur offre ensuite la possibilité de se lancer à leur tour dans l’apiculture de loisir.

A Grenoble, Christophe Faucon installe des ruches en ville.Pour Christophe Faucon, Grenoble dispose d’avantages certains: «Ici, contrairement à Paris, on trouve toujours un terrain au sol à moins de 10 minutes à pied, ce qui diminue le coût énergétique et permet aux riverains de s’approcher des ruches en toute sécurité.» En outre, «Les abeilles butinent en ville dans un rayon de 1,5 km, loin des zones de culture intensive traitées avec des pesticides, et sur une période plus longue qu’en milieu rural. La flore y est aussi plus diversifiée, grâce à l’action de l’homme: les Marocains ont ramené de l’aloès, les Asiatiques des litchis.» Autre argument: «La complémentarité des pollinisateurs. Avant qu’on y mette des ruches, il y avait deux bourdons pour une abeille à la Poterne. Ils fécondaient les courgettes mais étaient inefficaces pour les tomates.» Problème résolu.

www.imicri.org

Cet article a été publié dans Actualité, Environnement, Jardin, Nature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s