Le nouveau service innovant d’autopartage devrait être déployé vers mi-2014

Le Toyota i-Road

Le Toyota i-Road intégrera le service innovant d’autopartage de la ville et de l’agglomération de Grenoble qui verra le jour courant 2014. Il vient tout juste d’être présenté à Genève.

La Ville de Grenoble, la communauté d’agglomération Grenoble-Alpes Métropole, Cité lib, EDF et Toyota ont signé un protocole d’accord portant sur la mise en place, fin 2014, d’un système d’autopartage de véhicules électriques urbains zéro émission. Il s’agit aussi pour l’ensemble de parties impliquées de mieux comprendre l’interconnexion entre les différents modes de transports publics et en milieu urbain, ainsi que de tester de nouveaux services liés à l’interopérabilité des moyens d’accès et de paiement. Bref, de travailler sur les modes de transport de demain : l’expérience grenobloise doit permettre aux usagers d’utiliser indifféremment les transports en commun et le service d’autopartage avec un seul badge.

Ce système d’autopartage doit répondre à la problématique de mobilité du « premier/dernier kilomètre » posée aux usagers des transports en commun. Ce projet a reçu le soutien du Fonds Ville de demain, dans le cadre du développement de l’Ecocité grenobloise.

Un tricycle électrique inclinable et compact

L'intérieur

L’intérieur

Selon la presse spécilisée, près de 70 petits véhicules électriques urbains développés par Toyota (dont la Coms et la nouvelle i-ROAD,  ainsi que le logiciel de gestion associé ) seront proposés à la location en libre-service sur le territoire de l’agglomération grenobloise pendant trois ans. 

Le i-ROAD sera une des surprises que va nous reserver le Salon de Genève en matière de mobilité propre. Ce tricycle électrique inclinable et compact développé par Toyota est un véhicule pensé pour optimiser la circulation. Il débarquera bientôt à Grenoble pour le projet d’autopartage de micro-voitures. L’i-ROAD est un véhicule électrique à 3-roues inclinables équipé d’un balancier pouvant contenir 2 passagers en tandem. Avec une largeur de 85 cm et un habitacle de protection, ce véhicule est une astucieuse combinaison entre la compacité et la maniabilité d’un 2-roues associées au confort et à la sécurité d’une citadine.

Il permet à la fois une mobilité propre et silencieuse ainsi qu’une possible solution à la congestion des transports. C’est pourquoi Toyota vient de signer avec l’agglomération de Grenoble et EDF pour un projet d’autopartage de ces micro-voitures. Les batteries seront développées par le CEA de Grenoble dans une optique d’optimisation des coûts de fabrication et de maintenance plutôt qu’une recherche d’autonomie . Les infrastructures de recharge seront installées par EDF, toujours dans une logique d’économie : seulement une vingtaines bornes seront disséminés sur les 120 à 150 emplacements de stationnement du centre de l’agglomération et des pôles d’échanges avec les transports collectifs. Mais grâce à un système de géolocalisation, les véhicules pourront repérer les stations libres lorsque leurs batteries ont besoin d’être rechargées. La société d’autopartage Citelib, déjà implantée à Grenoble, assurera l’exploitation du système.

Bien que le coût total de l’opération ne soit pas encore fixé, les frais se partageront entre Toyota (pour la plus grande partie), la ville de Grenoble et l’agglomération qui fourniront un budget de l’ordre de 200 000 à 300 000 € pour les quatre années d’expérimentation répartis entre des subventions et une prise de participation au capital de Alpes-Autopartage, la société mère de Citelib.

Pourquoi l’autopartage de véhicules électriques ?

Pour la Ville de Grenoble et Grenoble-Alpes Métropole, l’autopartage de véhicules électriques apparaît comme une solution innovante répondant aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et des rejets polluants. Le développement d’une telle offre viendra répondre à une demande identifiée pour les déplacements du ou des premiers/derniers kilomètres, en complément des services de transports collectifs et des services d’autopartage proposés actuellement sur l’agglomération. Les stations de charge seront implantées dans l’agglomération, dans des lieux d’échange avec les réseaux de transports collectifs ainsi que dans des zones peu desservies. Le projet s’inscrit dans les objectifs des collectivités visant à répondre aux besoins croissants de mobilité dans l’Ecocité tout en réduisant l’utilisation de la voiture.

Voir aussi: Le nouveau VEL de Toyota va se partager à Grenoble

Cet article, publié dans Actualité, Energie, Environnement, ForumDeBonne, Mobilité, Transports, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s